Page:Verhaeren - Poèmes, t2, 1896.djvu/163

Cette page a été validée par deux contributeurs.
159
les flambeaux noirs


LA DAME EN NOIR


— Dans la ville d’ébène et d’or,
La dame en noir des carrefours,
Qu’attendre, après autant de jours,
Qu’attendre encor ?

— Les chiens du noir espoir ont aboyé, ce soir,
Vers les lunes de mes deux yeux,
Si longuement, vers les lunes en noir
De mes deux yeux silencieux,
Si longuement et si lointainement, ce soir,
Vers les lunes de mes deux yeux en noir.