Page:Verhaeren - Poèmes, t2, 1896.djvu/149

Cette page a été validée par deux contributeurs.
145
les flambeaux noirs


UN SOIR


Et des bouches d’argent et des regards de pierre
Taisent immensément le glacial mystère
De ce minuit, dallé d’ennui.

En des cirques d’éther et d’or, seules et seules,
Les constellations tournent comme les meules
De ce minuit, dallé d’ennui