Page:Verhaeren - Poèmes, t2, 1896.djvu/125

Cette page a été validée par deux contributeurs.
121
les débacles


HEURES MORNES


Hélas, quel soir ! ce soir de maussade veillée.
Je hais, je ne sais plus ; je veux, je ne sais pas ;
Ah mon âme, vers un néant, s’en est allée,
Vers un néant, très loin, je ne sais où, là-bas ?
 
Il bat des tas de glas au-dessus de ma tête,
Le vent, il corne à mort, et les cierges bénits
Qu’on allumait, pendant la peur de la tempête,
Les bons cierges se sont éteints et sont finis.