Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu/55

Cette page a été validée par deux contributeurs.



ARTEVELDE


La mort grande, du fond des sonnantes armoires
De l’orgue, érige, en voix de gloire immensément,
Vers les voûtes, le nom du vieux Ruwaert flamand
Dont chaque anniversaire exalte les mémoires.

Superbe allumeur d’or parmi les incendies,
Les carnages, les révoltes, les désespoirs,
Le peuple a ramassé sa légende, les soirs,
À la veillée, et la célèbre en recordies.

Avec un nœud d’éclairs il les tenait, ses Flandres,
Un nœud de volonté — son poing comme un beffroi