Page:Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu/271

Cette page a été validée par deux contributeurs.



MORT CHRÉTIENNE


Qu’il te soit fait hommage et gloire, ô mort chrétienne !
Parmi les biens du temps seule réalité,
Seul pain spirituel dont le cœur entretienne,
Sur la terre, son fixe orgueil d’éternité ;

Qu’il te soit fait hommage et gloire, ô mort austère,
À toute heure qui vient et passe, à tout moment,
Toi, dont l’autel d’ébène appuyé sur la terre
Mêle sa flamme à la pâleur du firmament.

Qu’il te soit fait hommage à travers les années,
Grave ensevelisseuse ! Ô mort ! Ô noir amour !
Qui dans tes maigres mains détiens les destinées
Et qui remplis de ciel les yeux défunts au jour ;