Page:Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu/242

Cette page a été validée par deux contributeurs.



MOINE FÉODAL


D’autres, fils de barons et de princes royaux,
Gardent amples et clairs leurs orgueils féodaux.

On les établit chefs de larges monastères
Et leur nom resplendit dans les gloires austères :

Ils ont, comme jadis l’aïeul avait sa tour,
Leur cloître pour manoir et leurs moines pour cour.

Ils s’assoient dans les plis cassés droits de leurs bures,
Tels que des chevaliers dans l’acier des armures ;