Page:Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu/232

Cette page a été validée par deux contributeurs.



RENTRÉE DES MOINES


I


On dirait que le site entier sous un lissoir
Se lustre et dans les lacs voisins se réverbère ;
C’est l’heure où la clarté du jour d’ombres s’obère,
Où le soleil descend les escaliers du soir.

Une étoile d’argent lointainement tremblante,
Lumière d’or, dont on n’aperçoit le flambleau,
Se reflète mobile et fixe au fond de l’eau
Où le courant la lave avec une onde lente.

À travers les champs verts s’en va se déroulant
La route dont l’averse a lamé les ornières ;