Page:Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu/212

Cette page a été validée par deux contributeurs.



L’HÉRÉSIARQUE


Et là, ce moine noir, que vêt un froc de deuil,
Construit, dans sa pensée, un monument d’orgueil.

Il le bâtit, tout seul, de ses mains taciturnes,
Durant la veille ardente et les fièvres nocturnes.

Il le dresse, d’un jet, sur les Crédos béants,
Comme un phare de pierre au bord des océans,

Il y scelle sa fougue et son ardeur mystique,
Et sa fausse science et son doute ascétique,