Page:Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu/187

Cette page a été validée par deux contributeurs.



VISION


Vers une hostie énorme, au fond d’un large chœur,
Dans un temple bâti sur des schistes qui pendent,
Voici dix-huit cents ans que les moines ascendent
Et jettent vers le Christ tout le sang de leur cœur.

Le temple est assis haut, là-bas, où rien ne bouge ;
Du fond de l’univers, du Zénith, du Nadir,
On regarde l’hostie immense resplendir
Sous le jaillissement d’un grand soleil d’or rouge.

Et les moines, les saints, les vierges, les martyrs,
Foulant à pas égaux les routes ascétiques,
S’en viennent là, du fond de leurs cloîtres mystiques,
S’incendier l’esprit au feu des repentirs :