Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/92

Cette page a été validée par deux contributeurs.


« Et maintenant… »


Les mains innombrables du vent
Ont doucement joué dans ma feuillée ;
La façade de mon doux bois mouvant
Dorée au clair soleil levant,
D’arbre en arbre, s’est effeuillée.
Et les voici, ces souvenirs,
Quelque peu lourds et monotones,
Tombés en feuilles d’or, à la saison d’automne,
Sur mes chemins qui vont à l’avenir.