Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/86

Cette page a été validée par deux contributeurs.




Aussi, quand au beau temps des kermesses sauvages,
On s’en allait lutter, dans les prochains villages,
Et qu’on rentrait non plus vaincus, mais en vainqueurs,
Elle était là, plantée au-devant de sa porte,
Honteuse un peu de promettre pour le déduit,
La nuit,
À tant de gars qui s’étaient bien conduits,
Le festin de sa chair bonne, placide et forte.