Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/84

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Où s’imposait à son comptoir de verre
L’hôtesse — énorme et salace commère —
Que je pus voir briller et pétiller la bière
En son plus large et violent décor.


Et jeune et largement vivante,
L’ample servante
Y circulait, avec de longs plateaux d’étain.
Sa peau luisait comme un satin.
On la hêlait de groupe en groupe.
Elle passait, frôlant les gens avec sa croupe ;
Et ses bras nus, ses bras ardents,
Qu’on eût voulu marquer d’un coup de dents
Et de chaudes morsures,
Tendaient, jusqu’à la bouche des buveurs,
Les brocs remplis d’ivresse et de saveurs
Et surmontés de mousseuses tonsures.


On se rendait à « L’Archer d’Or »
Moins pour l’hôtesse, hélas, que pour l’ample servante.
Les yeux vagues, les gestes tors,
On y buvait, jusques à l’épouvante,
Terriblement, en son honneur.
Mais rien jamais ne lui fit peur.