Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/76

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et l’on partait, les pieds dans l’herbe et la rosée,
Avec le seul désir d’aller, parmi les champs,
Toujours plus loin, vers n’importe où, dût le couchant
Déployer tout à coup ses ténèbres bronzées.


Les murs, les clos, les toits rouges, même la tour
Disparaissaient bientôt, perdus dans l’étendue.
On arrachait des fleurs aux branchages pendues
Et l’on marchait, criant et chantant tour à tour.


On traversait les gués, on s’arrêtait aux mares,
On dévastait le bois — et vers le ciel, là-haut,
Le plus hardi grimpait, dénicher des oiseaux
Qui trouaient l’air serein, de stridents tintamarres.


On avait peur, et néanmoins on s’exaltait,
Caressés par le vent et dorés par l’aurore,
Les plus simples tremblaient d’aller plus loin encore,
Mais les plus fous vers n’importe où, les escortaient.


On était clair ; on ignorait toute fatigue,
Heureux de balancer son corps et ses deux bras,
Au rythme libre et fort et sonnant de son pas,
À travers la nature innombrable et prodigue.