Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/75

Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’Envolée


Ô ces heures, que ne peuvent-elles renaître !
— Été vivant, aube lustrale et frais réveil —
Tout le village, avec ses bruits et son soleil,
Semblait, volets ouverts, entrer par la fenêtre.


De gros rouliers s’interpellaient et se hâtaient ;
Les femmes du marché dressaient leurs éventaires ;
La grille en fer rouillé grinçait au presbytère
Et la première messe, au clocher d’or, tintait.