Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/71

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mon Village


Une place minime et quelques rues,
Avec un Christ au carrefour ;
Et l’Escaut gris et puis la tour
Qui se mire, parmi les eaux bourrues ;
Et le quartier du Dam, misérable et lépreux,
Jeté comme au hasard vers les prairies ;
Et près du cimetière aux buis nombreux,
La chapelle vouée à la Vierge Marie,
Par un marin qui s’en revint
On ne sait quand
Des Bermudes ou de Ceylan ;
Tel est — je m’en souviens après combien d’années —
Le village de Saint-Amand
Où je suis né.