Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/68

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Les mains jointes, les deux yeux ravis
Par la tragique image
Du Christ saignant vers moi tout son pardon.


La messe dite on s’en alla — et les bourdons
Se remirent à ébranler tout le village.


Les baraques sur la place tintamarraient ;
Un débardeur d’Escaut hélant ses chiens, jurait,
Au seuil d’un bouge ;
On vendait, en plein vent, des Jésus rouges,
Des chocolats, du sucre et des chapelets clairs ;
Une odeur de friture emplissait l’air ;
Les auberges, portes ouvertes,
Puaient la bière et la desserte ;
Le carême fini, chacun se prélassait,
Dans la bombance et dans l’engrais
Des solides mangeailles ;
Et les meilleurs curés avaient la joie au cœur
De mener, par troupeaux, baller vers le Seigneur,
Les ventres ronds de leurs ouailles.


Ce fut un grand repas qu’on fit en mon honneur.

66