Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/65

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Les murs retentissaient de chocs têtus,
On entendait le bruit de grands tapis battus,
Sur la pelouse ;
On dérouillait les gonds, on secouait les housses,
On entr’ouvrait la cave, on écurait l’évier ;
Et les odeurs de naphte et de benzine
Voguant du corridor jusqu’aux cuisines,
Se colletaient dans l’escalier.


Servantes, avec vos croupes monumentales,
Vous encombriez les marches et les dalles ;
Vos mains rouges partout réveillaient des lueurs ;
Vous peiniez toutes, sans rien dire,
Et la fête semblait reluire
Des perles d’or de vos sueurs.


Et dans sa chaire, où se brassaient la sapience
Et les péchés et les remords, le vieux curé,
Tout comme vous, les servantes, à poings carrés,
Se dépensait à nettoyer les consciences.
Rude besogne et lavage à grande eau :

63