Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/53

Cette page a été validée par deux contributeurs.


À son savoir mal averti,
Et qu’à nouveau les fantasques aiguilles
S’émêlèrent, comme un couple d’anguilles.


Que faire ? on ne sut plus quel maître interroger.


Heureusement que l’horloger
Depuis vingt ans, patiemment, sans violence,
Les yeux fermés, l’oreille au guet,
Étudiait
Le nocturne silence.


Or, il se fit qu’un soir, il lui parut faussé.
Il criaillait, stridait, grinçait, comme un ressort
Tordu, alors que tout tapage avait cessé
Et que la lune errait, par les champs morts.


Et l’horloger soudain héla le gnome
Qu’il hébergeait, toutes les nuits,
Dans une antique horloge en buis.
L’horloge était ouverte et le fantôme
Sorti.