Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/35

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et j’étais doux et patient toujours
Ne boudant plus les médicaments fades ;
Je me sentais content et pendant de longs jours
Je fus vraiment heureux d’être encore malade.