Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/34

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et mon ami Jésus, avec son manteau d’or,
M’y souriait, du haut de l’étagère.


Les blancs après-midi d’été,
À travers les rideaux, y tamisaient leur violence ;
L’horloge s’y taisait, son pendule arrêté ;
Un vol de mouche y bourdonnait dans le silence.


Mon oreille écoutait les fers tumultueux
Du forgeron, chanter dans le village ;
Les foins passer, pesants et montueux,
Les fouets claquer autour des attelages ;


Et les jeudis, venant de loin, de loin,
Le cri du vieux marchand de sable,
Son pas boiteux quand il tournait mon coin,
Sa voix cassée et son refrain intarissable ;


Et les cloches à l’aube et les messes servies
Par des enfants de chœur, devant l’ostensoir d’or,
Si bien que j’entendais toute la vie
Venir à moi, avant de la revivre encor.