Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/25

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Oh tous ces pas en défilé par ma mémoire !
Qui donc en redira le deuil ambulatoire,
Lorsque je les guettais, l’hiver, en tapinois,
Rapetissé dans mon angoisse et mon effroi,
Derrière un volet clos, au fond de mon village ?
Un soir, qu’avaient passé des attelages,
Avec des bruits de fers entrechoqués,
On trouva mort, le long du quai,
Un roulier roux qui revenait de Flandre.
On ne surprit jamais son assassin.
Mais certes, moi, oh ! j’avais dû l’entendre
Frôler les murs, avec sa hache en main.
Une autre fois, à l’heure où le blanc boulanger
Ses pains vendus, fermait boutique,
Il avait vu la dame énigmatique
Qu’on dit sorcière, ici, et sainte, un peu plus loin,
En vêtements de paille et d’or tourner le coin
Et vivement, entrer au cimetière ;
Tandis que moi, j’avais ouï, en même temps,
Son dur manteau flottant,
Comme un râteau gratter la terre.
Mon cœur avait battu si fort
Que, pendant toute une semaine,
Je ne rêvai que de la mort.

23