Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/13

Cette page a été validée par deux contributeurs.


En ai-je aimé la vie, en des barques tragiques,
Qui s’en allaient fouiller les eaux mythologiques
Où les grands dieux du Nord apparaissent encor !
En ai-je aimé les ports, les caps, les baies,
Le môle en bois blanchi que l’ouragan balaie,
Les vieux pêcheurs usés, têtus, tranquilles,
Les pilotes tannés et forts,
Les mousses clairs, les belles filles !


Oh, l’ai-je aimé éperdûment
Ce peuple — aimé jusqu’en ses injustices,
Jusqu’en ses crimes, jusqu’en ses vices !
L’ai-je rêvé fier et rugueux, comme un serment,
Ne sentant rien, sinon que j’étais de sa race
Que sa tristesse était la mienne et que sa face
Me regardait penser, me regardait vouloir,
Sous la lampe, le soir,
Quand je lisais sa gloire en mes livres de classe !


Aussi, lui ai-je, avec ferveur, voué ces vers
Qui le chantent, dans la grandeur ou l’infortune,
Comme la Flandre abaisse ou lève au long des mers,
Avec ses sables d’or, sa guirlande de dunes.