Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/11

Cette page a été validée par deux contributeurs.




C’était tout le passé : sang et or, fièvre et feu !
C’était le galop blanc des hautaines victoires
Criant, dans le tumulte et dans l’effroi, leurs vœux,
De l’un à l’autre bout du monde et de l’histoire.


II


Depuis, l’ombre s’est faite sur la Flandre !
Mais mon rêve survit et ne veut point descendre
Des tours, où tant d’orgueil, jadis, le fit monter.
Je regarde de là nos pensives cités ;
J’écoute se taire leur silence ;
Je vois s’ouvrir, comme un faisceau de lances,
L’abside en or des églises, le soir :
Un bruit de cloches, un envol d’encensoir,
Là-bas des anges
Et la ville s’endort en des louanges.


Je vois aussi, du haut de ces énormes tours,
Les champs, les clos, les bourgs,
Les villages et les prairies,
Autour des larges métairies.