Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/73

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




HÉRÉNIEN


Votre gloire est passée, elle a quitté les cimes ;
Avec son glaive illustre elle a tué le droit ;
Aujourd’hui même, une autre s’inaugure,
Une autre monte et sort de moi
Intacte et forte et vierge de souillures.
Elle est faite, cette gloire-là, de justice nouvelle et profonde, d’héroïsme intime, de ténacité ardente, de nécessaire et temporaire violence. Elle est moins éclatante que la vôtre, mais elle est plus sûre. Le monde entier l’attend. Tous les deux, vous avec crainte et moi avec ferveur, nous la sentons inévitable et imminente. Voilà pourquoi vous avez recours à moi ; voilà pourquoi j’ai l’audace de vous traiter déjà comme un vaincu. Quoi que vous fassiez, vous et votre caste, vous êtes, à cette heure, les prisonniers de mon assentiment ou de mon refus.


LE CONSUL


Vous vous méprenez…


HÉRÉNIEN


Non pas ! Comme moi, vous avez la conscience de ne