Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous vivons en des jours formidables de terreurs, d’agonies et de renouveaux. L’inconnu devient le Maître. Les hommes secouent d’un énorme mouvement de tête le poids de toutes les erreurs des âges. L’utopie abdique ses ailes et prend pied sur terre. Les assiégeants eux-mêmes en ont conscience.


CLAIRE


As-tu reçu ce matin des nouvelles de l’ennemi ?


HÉRÉNIEN


Pas encore ; mais ce que le capitaine Hordain présageait hier me
donne de la flamme pour des semaines et des semaines II est — ce capitaine — de cette race d’hommes ardents qui réalisent l’impossible… Pense donc ! lui et moi, tuer la guerre, ici, devant les chefs destitués et impuissants. Provoquer la réconciliation publique des soldats étrangers et des nôtres ! Dépenser toutes les forces de son être, toutes les énergies de sa foi, pour ce but suprême ! … Quel rêve !


CLAIRE, (doucement ironique)


Quelle illusion !