Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/62

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CLAIRE


Si tu étais autre, je t’adorerais moins.


HÉRÉNIEN


Et puis, tu sais bien que j’exagère ; qu’en vérité,
lorsque je t’assigne une place si étroite dans ma vie, je m’abuse et te trompe



CLAIRE


Va, sois tout ce que tu veux, sois torturant, sois despote,
qu’importe ! je te possède toi et notre enfant avec tout mon amour.


HÉRÉNIEN


Ah ! tu es vraiment ma femme !…
Lorsque ce soir de juin,
Voici longtemps, tu me donnas ton âme,
Je me suis dit que mes lèvres
Jamais ne baiseraient
Ni d’autres lèvres
Ni d’autres seins.