Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/39

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




UN VIEILLARD, (s’arrêtant et désignant Pierre Hérénien)


Un mort ! C’est Hérénien qui suit la civière ?


UN AUTRE


Et cette foule ?


UN AUTRE


C’est la campagne entière qui reflue vers Oppidomagne.


UN AUTRE


Croient-ils donc qu’on les accueillera ?

Il appelle :


Hérénien ! Hérénien !


HÉRÉNIEN


Qui m’appelle ?


LE VIEILLARD


Oppidomagne s’enferme dans ses murs ; elle n’admettra point
que la plaine lui renvoie ses vagabonds et ses morts !