Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/17

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Montons aux arbres, nous verrons mieux.

Un mendiant, déjà hissé sur un chêne.

— Par ici ! par ici !



DES MENDIANTS, (tournés du côté de la ville)


— Vers la ville, l’incendie s’attise et s’agrandit.
— On entend les poudrières qui sautent.

Bruits de mitraille et d’explosion.

— L’usine de l’avant-port et les quais et les docks s’allument.
Les hangars à pétrole s’embrasent. Vergues et mâts se calcinent et font des croix au bout du ciel !


DES MENDIANTS, (tournés du côté des plaines)


— Au fond des plaines, toute la campagne est rouge. Le feu mord
la ferme d’Hérénien : on jette, pêle-mêle, les meubles dans la cour. On retire, têtes voilées, les bêtes de l’étable. On transporte le père malade sur son grand lit.
— C’est au tour des métayers d’avoir la mort sur les talons.