Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/155

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Son corps :
Un tumulte d’amour, pareil aux houles,
L’érigé et le maintient au-dessus de la foule.
Jamais un roi éclatant d’or,
De sang, de meurtre et de batailles,
N’eut à sa mort
D’aussi larges et grandioses funérailles.
— Aux Colonnades, un jeune homme s’est fait un chemin jusqu’à
la civière. Il trempa son mouchoir dans le sang qui tâchait les joues et longuement, ardemment, comme s’il communiait, l’approcha de ses lèvres.


UN OUVRIER, (qui a écouté les passants)


Jacques Hérénien sera exposé, ici même, sur cette estrade, en
pleine foule, en pleine gloire.


UN PAYSAN


Il est bon que le soleil le voie.


GROUPE DE PASSANTS


— Des pleurs, des fleurs, des chants, du sang, des