Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/152

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LE BOHÈME


Heureusement ! tout n’est qu’acheminement vers tout,
et demain sera toujours mécontent d’aujourd’hui.

Une troupe de femmes ivres traversent la scène, avec des torches. Elles crient : « Aux églises ! aux églises ! Nous allons brûler le bon Dieu. » Au mendiant :


Regardez-bien, voilà nos auxiliaires ! Quand vous et vos amis vous vous serez décidés à être des hommes, vous viendrez me chercher comme d’autres sont allés trouver Hérénien. (il s’en va)


GROUPE D’OUVRIERS


Dressant une estrade pour y exposer le cadavre d’Hérénien.
On apporte le drap noir :


— C’est un malheur comme jamais il n’en arriva.
— lia reçu deux balles, là, dans le front.
— Son fils est-il tué ?
— Non.
— On ne sait quels gardes furent les assassins. Ils ont fui.
Peut-être ignorera-t-on toujours l’abominable lâche qui tua notre tribun.