Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/95

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ils ne se disaient rien, car tous deux comprenaient.
L’Empereur, tout à coup, rageait et fulminait,
Et dans un geste brusque il jetait son délire
Comme mesure à son empire ;
Il se voulait grand quand même, dès aujourd’hui
« Son peuple et ses soldats s’affoleraient en lui ;
Ils formeraient ensemble une force damnée,
Hypnotisant la terre et la mer étonnée ;
La cruauté, l’effroi, la rage et la fureur
Peuvent, elles aussi, atteindre à la grandeur ;
On ne sait quoi de formidable et d’âpre éclate
Dans les destins de la science scélérate.
Automatiquement, sera dompté le sort.
Autres apparaîtront et la vie et la mort.
Plus n’est besoin d’honneur, de vertu ni de gloire,
Puisque le calcul fourbe et la trahison noire
Abattent plus sûrement encor
Sur l’univers dompté les poings de la victoire.

D’ailleurs n’est-il point, lui, l’Empereur et le Roi
Qui seul conçoit et définit le droit