Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/87

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je recueille en mon cœur votre gloire meurtrie,
Je renverse sur vous les feux de mes flambeaux
Et je monte la garde autour de vos tombeaux,
Moi qui suis l’avenir, parce que la Patrie.