Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/85

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA PATRIE AUX SOLDATS MORTS


Vous ne reverrez plus les monts, les bois, la terre,
Beaux yeux de mes soldats qui n’aviez que vingt ans
Et qui êtes tombés, en ce dernier printemps,
Où plus que jamais douce apparut la lumière.

On n’osait plus songer au réveil des champs d’or
Que l’aube revêtait de sa gloire irisée ;
La guerre occupait tout de sa sombre pensée
Quand au fond des hameaux on apprit votre mort.