Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/73

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA FERME DES MARAIS D’OR


Dépensant tous pour leur richesse ou leur besoin
Mille efforts solidaires,
Ils habitaient de père en fils le même coin,
En Flandre, sur la terre.

Les yeux de leurs défunts, les yeux de leurs vivants
— Depuis combien d’années ? —
Regardaient tous passer les mêmes pluie et vent
Sur leur plaine ordonnée.