Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/244

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Seigneur, Dieu de la paix populaire et profonde,
Serais-tu le captif de ces empereurs fous
Et ne comprends-tu pas qu’en pliant leurs genoux
Et t’invoquant ensemble, ils te chassent du monde ?

Ne bénis plus, Seigneur, le vol de leurs drapeaux,
Ni leurs aigles, ni le croissant de leur épée,
Mais simplement, reviens t’asseoir sous la cépée,
Parmi les humbles gens, sous ton humble manteau.