Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/235

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UN LAMBEAU DE PATRIE


Ce n’est qu’un bout de sol dans l’infini du monde.
Le Nord
Y déchaîne le vent qui mord.
Ce n’est qu’un peu de terre avec sa mer au bord
Et le déroulement de sa dune inféconde.

Ce n’est qu’un bout de sol étroit,
Mais qui renferme encore et sa reine et son roi,
Et l’amour condensé d’un peuple qui les aime.
Le Nord
A beau y déchaîner le froid qui gerce et mord :
Il est brûlant, ce sol suprême.