Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/217

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ton armée était faible et ployait en tes mains ;
Mais tout soudain
Pour qu’elle fût nombreuse et terrible, demain,
Ta volonté se fit si ferme et si profonde
Que jamais peuple au monde
Ne nous paraît avoir voulu
Avec un tel vouloir muet, mais absolu.

Sur tes places, au coin des rues,
À ton appel urgent se massaient les recrues ;
Mille affiches brillaient et s’exaltaient dans l’air ;
Des voix graves parlaient d’honneur et de patrie
Et tes femmes au geste clair
Redonnaient de l’orgueil aux âmes amoindries.
Des phares de Penzance aux beffrois d’Edimbourg,
Tes cités embrasaient de leur cœur tes campagnes ;
Des ouragans d’ardeur sautaient de bourg en bourg
À travers bois, vallons, fleuves, coteaux, montagnes ;
En tous lieux se muait pour les rudes combats