Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/207

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


 
Après chaque combat ténébreux et rapace,
Femmes, filles, enfants,
Afin qu’en eux soit immolée, atrocement,
La race. »

Et les hameaux, par les hordes bouleversés,
Ne sont plus qu’incendie, effroi et fureur rouges,
Brandis de seuil en seuil, des fermes jusqu’aux bouges.
Des cadavres d’enfants s’y tiennent embrassés ;
Leur mère fut violée et gît, là-bas, dans l’ombre,
La chair pillée et nue, au rebord d’un fossé ;
Pleines de sang frais et fumant, des mains sans nombre
Ont essuyé leur crime immonde au long des murs ;
Des doigts de vieillards morts sont crispés vers l’azur ;
Et près du puits miraculeux de la chapelle,
Où, vers le soir, on fusilla
Des garçons de dix ans avec leurs sœurs, par tas,
Restent collés à la margelle
Des fragments répandus de crâne et de cervelle.