Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/201

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UN DEUIL


Elle eut trois fils ; tous trois sont tombés à Boncelle.
Le soir se fait. J’entends parler sa tendre voix.
Un trop rouge soleil joue encor dans les bois,
Mais la douceur de l’ombre est flottante autour d’elle.

Bien que toute heure, hélas ! lui soit une heure triste ;
Elle ne prétend pas renoncer au malheur
Dont est lasse sa chair, mais dont est fier son cœur
Et dont la clarté belle, en ses larmes, persiste.