Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/190

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ton destin trouble au destin clair de l’Occident.
Aussi, par-dessus l’Allemagne carnassière,
C’est à notre clarté que tu joins ta lumière
Dans les combats de volonté à volonté
Tu ne t’interdis point l’instant de la bonté.
Tu prends l’homme complet et le dresses dans l’ordre ;
Tu ne l’éduques point à mentir ni à mordre,
Te prédisant, qu’un jour de fraternelle ardeur,
Grâce à notre raison et grâce à ta ferveur,
Le monde
— Quoique affaibli et divisé,
Par la fureur mauvaise et la haine inféconde —
Sera quand même et par vous et par nous
Recomposé.