Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/184

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Et vous vous partagez le pain de la douleur
Pour que grandisse en vous l’humanité souffrante !
Une neige chaude et secrète est dans vos cœurs
Et vous donne pour feu sa pureté ardente.

Certes vous travaillez à quelque haut destin,
Mais non comme autrefois Sidon, Carthage ou Rome.
Si vous croyez encor dans un ciel incertain,
Vous avez, avant tout, espoir et foi dans l’homme.

Vous vivez dans la flamme et son tressaillement,
Portant le culte en vous de la pitié auguste
Et la divine soif d’être humaines et justes
Pousse votre vertu jusqu’à l’affolement.