Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/175

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


RUPERT BROOKE

POÈTE ET SOLDAT



D’après une lettre d’un de ses amis et compagnons d’armes qui l’enterra à Scyros.



Le jour qu’il eut compris que les hautes idées
Devenaient peu à peu
L’enjeu
De la lutte vers le futur échafaudée,
Étant poète, il se promit d’être soldat.

Pas un instant, il n’hésita
À dominer en lui la dangereuse joie
D’être juste et clément à la race de proie
Qui se prouvait cruelle avec tranquillité ;
Son cerveau libre en fut à tel point révolté