Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/172

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et dès que le jour fuit,
La nuit
Se balafre des feux errants de cent désastres,
Si bien qu’aux horizons tempétueux,
Les yeux
Croient voir lutter entre eux
Et se heurter et se casser
En deux
Les astres.