Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/116

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Femmes, filles, garçons aident dûment celui
Qui est, tout à la fois, et le maître et le père.
Chacun tient sa besogne et son devoir de lui
Et l’accomplit,
Selon l’ordre qu’il juge utile et nécessaire.

Avec quelle âpre ardeur, ramassée et concise,
L’homme défend son toit, sa gilde et son église ;
Il est têtu, parce qu’il croit
Que sa cause est le droit,
Et qu’avec son front libre et ses deux mains serviles,
Il travaille à l’orgueil crénelé de sa ville.

Il la veut ferme et forte autant
Qu’est ferme et fort son cœur battant.
Déjà les Halles
Sortent de terre, lentement,
Et muraille à muraille, et fragment par fragment,
Montent, d’une poussée ardente et triomphale,
Vers l’or épars du firmament.