Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/105

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


FRANCE ET ALLEMAGNE



I


Ô morne crépuscule !
Les Suèves et les Hérules
Menacent à nouveau
Athène et son égide, et Rome et ses faisceaux,
Qu’avait au long des temps, avec un geste libre,
Repris,
Pour s’en vêtir et s’en armer, Paris.

Sur un sol neuf, l’œuvre antique s’était nourri
De force jeune et redressait son équilibre :
Au long des murs reparaissait l’ancien feston,
L’acanthe et la volute et la fleur corinthienne,