Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - La Guirlande des dunes, 1907.djvu/79

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Larmes et cris : c’est la marmaille
Qui s’y dispute, obstinément ;
Un vieux marin, pâle et dément
Y fait des gestes de bataille.

Des fillettes hâves s’en vont
En maraude, par la contrée,
Et rapportent, à la vesprée,
Leurs vols cachés sous leur jupon.

Pleurs, misères, jurons, bamboches !
Les mégères y font la loi
Et l’ivrogne rentre chez soi
Sous l’averse de leurs taloches.

La vie y lutte avec la mort
Sans qu’on sache ce qu’on en pense ;
Une commune malfaisance
Unit les cœurs contre le sort.