Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - La Guirlande des dunes, 1907.djvu/65

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le soleil chauffe à blanc,
Et seul un peu de sable lent
Sans qu’aucun vent le ride,
Se détache, très doucement,
Du flanc de la dune torride.