Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - La Guirlande des dunes, 1907.djvu/21

Cette page a été validée par deux contributeurs.



Le père, après deux jours de lutte avec le flot,
Est revenu du large et repose, là-haut ;

La mère allaite, et la flamme qui diminue
N’éclaire plus la paix de sa poitrine nue.

Et lent, et s’asseyant sur l’escabeau boitant,
Le morne aïeul a pris sa pipe, et l’on n’entend

Dans le logis, où chacun vit à l’étouffée,
Que ce vieillard qui fume à pesantes bouffées.


Mais au dehors,
La meute innombrable des vents
Aboie, autour des seuils et des auvents ;
Ils viennent, d’au delà des vagues effarées,
Dieu sait pour quelle atroce et nocturne curée ;
L’horizon est battu par leur course et leur vol,
Ils saccagent la dune, ils dépècent le sol ;
Leurs dents âpres et volontaires
Ragent et s’acharnent si fort
Qu’elles mordraient, jusqu’au fond de la terre,
Les morts.