Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - James Ensor, 1908.djvu/25

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la vie, les interroge les fasse parler et les introduise dans l’art grâce à la sympathie qu’il leur voue et l’éloquence secrète qu’il découvre en leur silence.

Il est opportun de se figurer James Ensor en tête à tête quotidien et prolongé avec ces effigies en carton et en plâtre, avec ces débris d’existence et de splendeur, avec ces défroques ternes ou violentes pour comprendre quelques-unes des surprises de son caractère et quelques traits profonds et spéciaux de son art. Il est certain que pour lui, à telles heures d’illusion souveraine, un tel assemblage de visages, d’attitudes, d’ironies ou de détresses a dû représenter la vie. Elle lui est apparue mauvaise, déplorable, hostile. Elle lui a enseigné la misanthropie que seuls corrigent la farce, le rire et le sarcasme.

L’existence d’Ensor entouré d’un tel décor familier ne manque pas de paraître énigmatique et bizarre et je ne crois pas qu’il lui répugne de maintenir autour de lui ces apparences. Ses paroles qui souvent déconcertent, ses saillies drôles, ses rires soudains et furtifs, sa voix sourde, sa marche lente et l’éternel parapluie qui toujours l’accompagne comme s’il se défiait du plus fidèle et du plus loyal soleil confirment l’étrange impression qu’il produit volontairement ou ingénûment, qu’importe.

Personne que je sache ne met moins de mise en scène dans l’accueil. Les œuvres qu’il montre ne toisent pas le visiteur du haut d’un chevalet comme pour lui imposer leur présence autoritaire. Ses toiles ne sont pas même tendues. Elles gisent roulées les unes sur les autres, en des coins obscurs. Elles apparaissent à la