Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - James Ensor, 1908.djvu/204

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


     
1890 Le domaine d’Arnheim.   Appartient à M. Émile Verhaeren, St. Cloud.
Fruits. à M. Ganesco, Paris.
L’intrigue. à M. Ernest Rousseau, Bruxelles.
Homard et crabes. à M. Edgar Picard, Jemeppe.
Le pot bleu. à M. Philipps, Bruxelles.
Les choux. à M. Labarre, Bruxelles.
La tour de Lisseweghe. à M. Edgar Picard, Jemeppe.
Chaloupes.
Ecce-Homo.
Vue prise en Phnosie, ondes et vibrations lumineuses.
Petits masques.
L’assassinat.
 
DESSINS REHAUSSÉS.
 
Jardin aux masques.
Clowneries.
 
DESSINS.
 
Masques.
La vieille au portrait. à M. C. Ganesco, Paris.
Napoléon à Waterloo.
La sensibilité en 1890 et la vivisection.
La sensibilité en 1590 et la roue, le bûcher, etc.
Études sentimentales.
Bourgeois indignés sifflant Wagner en 1880 à Bruxelles.
 
1891 Le Christ apaisant la tempête.
Squelettes se disputant un pendu.
à M. Cwalosinsky, Bruxelles.
Les bons juges. à M. Camille Laurent, Charleroi.
Portrait d’Émile Verhaeren. à M. Émile Verhaeren, St. Cloud.
Les musiciens terribles. à M. Félix Fuchs, Bruxelles.
L’autodafé. id.,                id.
  Le jardin d’amour. à M. Maurice des Ombiaux, Bruxelles.
  Masques regardant des crustacés. à M. Breckpot, Bruxelles.
Baptême des masques.